Envoie-moi un chrétien !

HopitalUn visiteur d’aumônerie en milieu hospitalier se demandait : « Seigneur Jésus, qui vas-tu me faire rencontrer aujourd’hui ? » C’est toujours la question centrale pour un visiteur. Il ne sait jamais ce qu’il va rencontrer en poussant la porte de la chambre d’un malade ou d’un mourant. Dans le couloir du service, une porte est entrouverte, il frappe et entre discrètement dans la chambre. A l’intérieur, un jeune homme couché dans son lit. Il regarde le visiteur et s’exclame : « Vous êtes chrétien ! ». « Oui et c’est pour vous que je suis là, je viens passer du temps avec vous. » lui répond le visiteur.

Une fois assis au chevet du souffrant, celui-ci lui raconte pourquoi il se trouve dans ce lit : « La foi de mes parents, la lecture de la Bible, je n’en pouvais plus. J’ai quitté la maison, je voulais aller le plus loin possible, m’enfuir loin de Dieu. Je me suis alors réfugié chez ma grand-mère, et j’ai vécu ma vie. Mais Dieu m’a rattrapé… Un soir avec des copains, nous marchions au bord d’une route, et un de mes amis, pour rigoler, m’a poussé. Je suis tombé sur la route, et à ce moment là, un camion m’a roulé sur les jambes. On a du me transporter d’urgence à l’hôpital, et les médecins ont du m’amputer les deux jambes. Voilà pourquoi je suis ici. Ce qui m’est arrivé m’a fait beaucoup réfléchir, sur ma vie, sur ce que j’ai fait. Dans ma détresse j’ai crié à Dieu ce matin en lui disant : « Si tu existes, envoie-moi un chrétien ! ».

Pour le visiteur, ce fût une extraordinaire occasion de lui parler de Jésus, de son immense compassion, de son amour profond pour le pécheur et de la réelle puissance de son pardon libérateur. Ce jeune homme a alors accepté le Salut en Jésus. Quelques temps après il charge le visiteur d’un message pour ses parents : « Je sais que vous priez pour moi, sachez que j’ai perdu mes deux jambes dans un accident, mais sachez aussi que j’ai trouvé le salut en Jésus-Christ. »

C’est pour des moments comme celui-ci que les visiteurs hospitaliers accomplissent ce service. Quand un homme ou une femme donne sa vie à Jésus, ce n’est pas un acte anodin, bien au contraire. Souvent on ne se doute pas de ce qui se passe vraiment quand un être humain s’abandonne à Jésus et lui confie son existence. Dans Luc 15 au verset 10  il est écrit : Ainsi je vous dis qu’il y a de la joie devant les Anges de Dieu pour un seul pécheur qui vient à se repentir.” C’est une vérité, le Ciel se réjouit pour chaque personne qui se repend et ainsi accède au salut.

Dieu nous envoie pour annoncer la bonne nouvelle en Jésus. Le Seigneur lui-même, a été infatigable quand il s’agissait de prêcher l’Evangile. A chaque fois, il a éprouvé une profonde compassion pour les perdus, pour ceux qui étaient las et abattus (Matthieu 9 versets 35 à 36). Des milliers de gens ont alors été profondément touchés par Sa parole, Sa vie, et se sont repentis. Seulement Jésus fait le constat suivant au verset 37 : “La moisson est grande et il y a peu d’ouvriers.” Les temps ont-ils changé ? Quel défi pour nous les chrétiens… N’y a-t ‘il pas plus de 7 milliards d’âmes sur Terre ? Combien en as-tu gagné ?

Imite Jésus, deviens comme ce visiteur, déjà à la maison et partout où tu vas ! Que l’on puisse voir sur ton visage le même regard de compassion que Jésus. Et que le Ciel se réjouisse pour chaque nouvelle personne sauvée par grâce. Sois un pêcheur d’hommes !

Bonne semaine

Debout Jeunesse