La grange de Barvas

Jean 15 verset 7 : “Si vous demeurez en moi, et que mes paroles demeurent en vous, demandez ce que vous voudrez, et cela vous sera accordé. 

Quelle promesse ! Demeurer en Christ et Ses paroles nous assure que Dieu exaucera toutes nos supplications. Le Seigneur prend l’image du Cep et du sarment pour illustrer cela (Jean 15). Ne faire qu’un avec Jésus, comme le sarment fait un avec le Cep. Laisser couler en nous l’amour et la parole de Christ afin d’en être nourris, imprégnés et ainsi grandir et porter Son fruit pour Sa gloire. Louer, remercier et bénir Dieu en l’adorant Lui seul pour tout ce qu’Il a fait dans notre vie et prier, intercéder pour les âmes qui ne le connaissent pas afin qu’elles trouvent la paix en Jésus. C’est ce que deux “supers mamies” ont vécu et réalisé au crépuscule de leurs vies, avec pour réponse une immense bénédiction de Dieu… Quel encouragement à faire de même !

Elles étaient usées par les ans… L’une était aveugle, l’autre souffrait d’une arthrite la contraignant à se tenir quasiment pliée en deux… Leur visage était ridé, leur peau parcheminée. A 82 et 84 ans, elles ne pouvaient même plus se rendre à l’église de leur petit village de Barvas pour le culte dominical ! Non, la vie des deux sœurs sur la rude île de Lewis, en Ecosse, ne semblait vraiment pas enviable. En les voyant si âgées et handicapées, le premier réflexe eut été de les plaindre. Et pourtant… Pourtant, ces vieilles femmes furent, depuis leur maison et malgré leurs handicaps, à l’origine de ce qu’on appelle aujourd’hui le « réveil des Hébrides », qui apporta, dans cet archipel écossais, le salut et la joie dans le cœur de milliers de pécheurs endurcis, transformant en profondeur toute la région. Quel était donc le secret qui leur permit d’avoir un tel impact ? 

Tout simplement une vie de prière, et de foi vigoureuse. Peggy et Christine Smith étaient profondément affligées du triste état spirituel et moral des habitants de leur contrée. Cette préoccupation devint de plus en plus forte en elles, jusqu’à devenir bientôt un « combat de prière», jour et nuit, afin que Dieu suscite un réveil dans leur région. Cela dura des mois entiers. Une d’entre elles témoigne :  «Une certaine nuit, un tel fardeau pesait sur nous que nous savions que Dieu allait répondre. Ne pouvant pas dormir, nous priâmes jusqu’au matin. Durant ces longues heures, l’ennemi de nos âmes essaya de nous décourager et d’interrompre nos prières. Je le repoussai énergiquement au nom du Seigneur (…) Il s’enfuit, battu, et je sus que le réveil était là !» Les deux sœurs télégraphièrent alors à la « Faith Mission » (mission évangélique) d’envoyer un missionnaire dans leur village.

Dans ce même village, d’autres chrétiens avaient également décidé depuis plusieurs mois de se réunir toutes les semaines avec leur pasteur, pour demander à Dieu un réveil dans leur région, jusqu’à ce qu’il leur réponde. Une nuit, l’un d’entre eux eut à cœur de leur lire les versets 3 à 5 du psaume 24 : « Qui pourra monter à la montagne de l’Éternel ?(…) Celui qui a les mains innocentes et le cœur pur; celui qui ne livre pas son âme au mensonge (…) Il obtiendra la bénédiction de l’Éternel, la miséricorde du Dieu de son salut. » Ils se demandèrent, en priant, si leurs mains étaient vraiment innocentes et leur cœur pur… et décidèrent de confesser les uns aux autres leurs péchés, dans une remise en ordre totale de toute leur vie. La présence de Dieu emplit alors puissamment la grange dans laquelle ils se réunissaient. Ils surent que l’Éternel leur répondait enfin, et que le réveil tant attendu allait arriver.

A leur grande déception, la première réunion après l’arrivée du missionnaire écossais Duncan Campbell ne vit pas le début d’un réveil. En sortant, quelques-uns allèrent pourtant trouver le prédicateur pour l’encourager et lui proposer d’aller prier ensemble dans une maison voisine. Une trentaine de chrétiens s’y retrouvèrent pour demander l’intervention de Dieu sur cette région. Vers 3 heures du matin, l’Esprit de Dieu descendit avec puissance sur l’assemblée, et ils reçurent à nouveau l’assurance de la victoire sur les forces de l’Adversaire.

En sortant de ce moment de prière, ils virent en effet avec étonnement que beaucoup de maisons étaient restées allumées dans le village. Un grand nombre d’habitants, saisis d’angoisse pour l’avenir de leur âme, s’étaient mis à prier, agenouillés parfois même en pleine rue ! Dans toute la ville, l’Esprit de Dieu était à l’œuvre ! Le réveil se propagea ensuite dans les localités puis dans les îles voisines, sous l’action puissante du Saint-Esprit avec le concours de la prédication de Duncan Campbell. Celui-ci annonçait avec force l’Évangile : Dieu lui avait montré la terrible fin des pécheurs, et il brûlait d’annoncer le Salut en Christ afin que ce Dernier puisse en sauver le plus possible ! Son ministère était bien une réponse aux prières persévérantes des deux sœurs et des intercesseurs de“la grange de Barvas…”.

Bonne semaine

Debout Jeunesse

Source : D’après le témoignage de Gwen-Eric Keller (Les documents expérience 2012)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.