Pardon je ne savais pas…

Cette histoire se passe dans un hôpital de campagne. Tout à coup, un médecin entre en hâte après avoir été appelé d’urgence pour une opération délicate. Il s’habille, se prépare rapidement pour le bloc et s’y dirige en vitesse. En chemin, il rencontre le père d’un jeune homme accidenté, faisant les cent pas dans le couloir. Quand il aperçoit le médecin, il s’écrie : “Mais pourquoi avoir mis tant de temps pour arriver ? Vous ne savez pas que la vie de mon fils est en danger ! Vraiment, vous n’avez pas le sens de vos responsabilités ! Mais dépêchez-vous !” 

chirurgien-avec-pereLe médecin esquisse un sourire et lui répond calmement : “Pardon, je suis désolé. Je n’étais pas à l’hôpital. Je suis venu le plus rapidement possible dès que j’ai reçu l’appel d’urgence. Maintenant, je souhaite que vous vous calmiez afin que je puisse faire mon travail.”

“Me calmer ?! Et si c’était votre fils, vous resteriez calme et tranquille ? Si votre propre fils était en train de mourir maintenant ? Que feriez-vous ?” dit le père en colère… Le médecin sourit encore et lui répond : “Je dirais, de la poussière nous sommes venus, et poussière nous retournerons, béni soit le nom du Seigneur ! Les médecins ne peuvent pas prolonger des vies… Allez et priez pour votre fils. Nous ferons de notre mieux par la grâce de Dieu.” Le père murmure alors tout haut dépité : “Oh ! C’est facile de donner un conseil quand on n’est pas concerné !”

L’opération dure quelques heures après lesquelles le médecin sort satisfait et content. “Merci Seigneur, votre fils est épargné ! Si vous avez des questions, allez demander à l’infirmière, elle y répondra.” A peine le médecin parti, le père dit à l’infirmière : “Pourquoi est-il si arrogant ? Il ne peut pas attendre quelques minutes pour me parler de l’état de mon fils ?”

L’infirmière lui répond avec des larmes dans le yeux : “Son fils que nous connaissions bien, est mort hier dans un terrible accident de voiture. Il était à son enterrement quand nous l’avons appelé en urgence pour opérer votre fils. Maintenant qu’il lui a sauvé la vie, il est allé rejoindre sa femme et ses proches pour finir l’enterrement de son enfant… Vous avez d’autres questions monsieur ?”

“Euh… Non… Merci… pardon, je ne savais pas…”

jugeCe témoignage nous donne un conseil simple. Ne jamais juger à la hâte. En effet, bien souvent nous ne savons pas ce que la ou les personnes traversent ou vivent et je peux, moi, me permettre de trancher la question en quelques secondes ? Des paroles inappropriées, sans sagesse ou discernement, peuvent alors faire d’énormes dégâts dans un cœur… Que nous conseille le Seigneur Jésus en ce qui concerne le jugement des hommes sur leur prochain ? Matthieu 7 verset 1 et 2 : Ne jugez point, afin que vous ne soyez point jugés. Car on vous jugera du jugement dont vous jugez, et l’on vous mesurera avec la mesure dont vous mesurez.…” 

Pourquoi le Seigneur nous demande-t-il de ne pas juger ? Tout simplement parce que c’est lui le juge des vivants et des morts… Actes 10 verset 42 : “Et Jésus nous a ordonné de prêcher au peuple et d’attester que c’est lui qui a été établi par Dieu juge des vivants et des morts.” En jugeant notre prochain, nous prenons la place du Seigneur… OUPS ! Paul rajoute aussi à ce propos : “Mais toi, pourquoi juges-tu ton frère ? Ou toi, pourquoi méprises-tu ton frère ? Puisque nous comparaîtrons tous devant le tribunal de Dieu.” (Romains 4 verset 10)  Et oui, Dieu n’a pas besoin de moi, de toi, de nous pour juger, il le fera lui-même pour chacun, et son jugement est juste ! 

Le jugement va de pair avec le mépris et bien souvent avec une très haute opinion que nous avons de nous-mêmes. hautainLe Seigneur Jésus a dénoncé cette attitude chez les pharisiens (voir l’histoire de l’aveugle de naissance Jean 9 verset 1 à 41). Ce n’est pas juste devant Dieu, il faut s’en repentir. Cherchons plutôt le moyen de faire du bien autour de nous et de redonner de l’espoir à ceux qui sont abattus. Ne nous lassons pas de faire le bien (Galates 6 verset 9), et nous n’aurons plus de temps pour juger le prochain. C’est ce qu’a fait le Seigneur Jésus du temps où Il était sur la Terre, et en invitant chaque être humain à venir à Lui tel qu’il est (Matthieu 11 verset 28).

Bonne semaine

Debout Jeunesse