Violon au métro

Éphésiens 1 verset 18 : “Je prie qu’Il illumine les yeux de votre cœur pour que vous sachiez quelle est l’espérance qui s’attache à son appel, quelle est la richesse de son glorieux héritage au milieu des saints.”

metroLe musicien de rue était debout dans l’entrée de la station « L’Enfant Plaza » du métro de Washington DC. Il commença à jouer du violon. C’était un matin froid de janvier 2007. Il joua durant quarante-cinq minutes. Pour commencer, la chaconne de la 2ème partie de Bach, puis l’Ave Maria de Schubert, du Manuel Ponce, du Massenet et de nouveau Bach.

A cette heure de pointe, vers 8 heures du matin, quelque mille personnes traversaient ce couloir, pour la plupart en route vers leur boulot. Après trois minutes, un homme d’âge mûr remarqua qu’un musicien jouait. Il ralentit son pas, sarrêta quelques secondes puis repartit en accélérant. Une minute plus tard, le violoniste reçut son premier dollar. En continuant droit devant, une femme lui avait jeté l’argent dans son petit pot. Quelques minutes ensuite, un quidam s’appuya sur le mur d’en face pour l’écouter mais il regarda sa montre et recommença à marcher. Au vue de sa démarche, il était clairement en retard.

Celui qui marqua le plus d’attention fut un petit garçon qui devait avoir trois ans à peine. Sa mère, préssée, le tira, mais l’enfant s’arrêta pour regarder le violoniste. Finalement sa mère le secoua et l’agrippa brutalement afin que l’enfant reprenne le pas. Toutefois, en marchant, il garda sa tête tournée vers le musicien. Cette scène se répéta plusieurs fois avec d’autres enfants. Et les parents, sans exception, les forcèrent à continuer. Durant les trois quarts d’heure de jeu du musicien, seules sept personnes s’arrêtèrent vraiment pour l’écouter un moment. Une vingtaine environ lui donnèrent de l’argent tout en en continuant leur marche. Il récolta 32 dollars ! Quand il eut fini de jouer, personne ne le remarqua ni l’applaudit. Seule une personne l’avait reconnu sur plus de mille personnes.

Mais qui était ce « simple » violoniste ? Personne ne savait que c’était Joshua Bell, un des meilleurs musiciens sur terre. Il avait joué dans ce hall de métro les partitions les plus difficiles jamais écrites avec un Stradivarius de 1713 valant 3,5 millions de dollars. Deux jours avant de jouer dans la station, sa prestation au théâtre de Boston avait affiché « complet » avec des prix avoisinant jusqu’à les 100 dollars la place !joshua-bell

Cette anecdote vraie de Joshua Bell, jouant incognito une musique merveilleuse dans une station de métro quelconque nous rappelle une autre histoire : Celle du Seigneur Jésus et de la bonne nouvelle de l’Evangile. En effet, Il a quitté la gloire du Ciel et est descendu sur la terre pour interpeller, sauver, réconcilier les hommes avec Son Père. Pour cela, Il a donné le meilleur, payé le prix fort, jusqu’à renoncer à sa propre vie et mourir sur la Croix. Cela nous montre l’immense amour de Jésus pour le salut de chaque être humain, ce qui est toujours d’actualité.

Cependant, le danger serait d’être ou de devenir comme ces multiples passants, qui ne réalisent pas et ne reconnaissent pas le musicien qui joue. Sont-ils devenus insensibles ou sont-ils pris par l’habitude ? Ils entendent une belle musique, mais pris par les soucis et les passions du monde, ils ne prennent plus le temps de s’arrêter et d’écouter. Le Seigneur parle de ce genre de personnes dans Matthieu 13 verset 22 : Celui qui a reçu la semence parmi les épines, c’est celui qui entend la parole, mais en qui les soucis du siècle et la séduction des richesses étouffent cette parole, et la rendent infructueuse.” Quel triste constat… C’est pourquoi au milieu de toutes nos activités, que nous pouvons considérer plus importantes les unes que les autres, ne négligeons pas et prions pour discerner les moments où Dieu parle ou nous parle personnellement. Prenons le temps, arrêtons-nous, écoutons, prions, et méditons Sa parole au quotidien pour ne pas passer à côté de la bénédiction.

Bonne semaine

Debout Jeunesse